Tu pouvais pas regarder devant toi ?! [pv Gabriel ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Masters
Yens : 5468
MessageSujet: Tu pouvais pas regarder devant toi ?! [pv Gabriel ♥]   Mer 5 Nov - 21:53



« Si on savait de quoi est faite notre peur, on pourrait sans doute s'en débarrasser. » ▬ Monique Champagne.

Ennuie.

Voilà ce que je ressentais, tandis que j'attendais que notre prof de chez pas quoi m'ouvre. Enfin, ouvre aux élèves. Dont moi. D'un lourd et las soupir, je m'adossai au mur, fixant la porte de classe. C'est quand tu veux que t'ouvre, le prof ! Croisant les bras, dépitée, mon regard dériva vers le groupe d'élève de première année. Un garçon du groupe dut raconter une blague, car tous se mirent à rire, les larmes aux yeux. Ils semblaient être à deux doigts de se rouler par terre, juste pour une vulgaire blague. Tss, les jeunes d'aujourd'hui... Mais malgré cela, je ressentis une pointe de jalousie à leur égard, pouvoir rire, parler, déconner avec des amis, c'était ce que je rêvais de faire... Cette jalousie s'intensifia quand Ängst sembla avoir deviner mes pensées, ou en tout cas mes sentiments. Il ne supportait pas que je sois avec d'autres gens, d'autres personnes... Voilà pourquoi j'avais coupé les ponts avec ma famille. Ma mère. Mon père. Mon frère. Chris. Je ne voulais que dans un excès de jalousie, ma Doll tente de bouffer mes parents. Voilà donc pourquoi je ne me sociabilisait pas. Trop dangereux. Ah moins qu'je le fasse surtout pour éviter les personnes. Ermite ? Pas qu'un peu.

Je levai les yeux au plafond, tout en soufflant sur une mèche de cheveux me tombant sur le visage. Y pouvait pas se grouiller un peu ce fichue prof ?! Si il ne vient pas dans cinq minutes, je me barre. Rester une heure debout a attendre désespéramment un adulte qui aurait zappé de prévenir de son absence, c'était par pour moi. Mais les autres élèves semblaient se montrer patient. Aussi, si on discute avec son/sa meilleur(e) ami(e) ou bien avec des potes proches, c'est sûr que l'attente était moins longue... Pas comme moi, qui me faisait chier. Bon, j'aurais toujours pus parler à Ängst, vue qu'il fais partie de moi, sauf que -comme on le fait exprès- il ne sait pas parler ! ... ... Ouais, bon, j'vais m'en plaindre. Parce que, si il savait parler, je ne veux même pas imaginer ce qu'il me dirait si je m'approchais d'un garçon, ou même d'une fille... "RECULE OU JE LA BOUFFE." "'Tain, mais t'arrête d'le regarder comme ça oui ?!" "Diiiit que je suis ta doll préféré, s'teeeee plaît !" ... Ouais, nan, finalement il peut bien continuer à ne pas savoir parler...

Au bout de quelques minutes, le prof arriva finalement, en s'excusant pour son retard. Apparemment il avait eut un problème avec un autre prof. Je me demandai quel genre de problème il avait pus avoir... D'un las soupir, j'entra dans la salle qu'il ouvrit, suivit par les autres élèves. Je choisis la meilleure place au monde: Dernier rang à gauche, prêt des fenêtre. C'était MON endroit. Après tout, pendant les cours -si ennuyaaaaant, à part celui d'Histoire-Géo, de Français et d'EPS- j'aimais bien regarder par la fenêtre, regarder les autres élèves qui n'étaient pas en cours... Ou tout simplement le ciel, qui était bien plus intéressant que le cours de l'autre là... Il nous souhaita bonjour, qu'on lui répondit. 'Fin, que les élèves -sauf moi, et d'autre-. Mes fesses se posèrent sur ma chaise, j'avais franchement hâte que cette heure se finisse... Ma tête poser sur ma main, je fixai les passants qui marchaient dans la rue. Et bien, ils se levaient tôt... Parce que oui, le cours où j'étais, là, commençait TRÈS tôt. Trop tôt pour moi. Bref, mon regard repéra finalement deux personnes de sexe opposé se rouler une pelle, avec grâce, bien entendu. Bon sang, on dirait qu'ils allaient s'étouffer avec la langue de l'autre ! Au lieu de me sentir dégoûtée, je me sentis... Curieuse ? Oui, curieuse... Après tout, je n'avais pas encore eut mon premier baiser, je n'avais embrassé encore aucun garçon. Ni de fille... Ma vie.

Puis, sans que je ne me rende compte, une vive douleur me transperça le crâne et le ventre. Bon sang, non, pas tout de suite ! Me mordant la lèvre, je tenta de ne pas montrer que j'avais mal -*hmhm*très mal*hmhm*-. Mais la douleur était forte, trop forte. Pourquoi Ängst boulait-il apparaître maintenant ?! Encore, j'aurais pus l'ignorer, suivre le cours, et le faire apparaître en rentrant dans ma chambre. Mais non, parce que je voulait le faire apparaître. J'en avais besoin. Vous savez, c'est comme quand on est accros à une drogue: On fait tous pour arrêter, mais au bout d'un moment, on craque et on replonge dedans. Ängst était ma drogue, je ne pouvais pas m'en passer. Continuant de grimacer, je levai la main, espérant que le prof le remarquerait rapidement. Ce qui se passa. Il me demanda si ça allait. Bas biiiiiien sûr que ça va ! Je ne vois pas pourquoi vous me demandez ça mosieur ! Je suis pâle comme un cul, je transpire comme pas possible, alors oui ça va pas bien pauvre m... mec stupide ! Ou merde. Aussi. Je lui demandai d'une petite voix si je pouvais aller à l'infirmerie, et il accepta. Me levant, je sortis de la classe le plus rapidement possible, en essayant de ne pas porter attention aux regards des élèves, pesant sur moi.

Je n'en pouvais plus... J'haletais comme pas possible, la sueur apparaissant sur mon front. Mes bras pendaient mollement, n'ayant plus la force de les soulevés. Si je n'arrivais pas rapidement aux toilettes, j'allais tomber par terre comme une pauvre merde. Je sentais qu'Ängst voulait sortir, qu'il allait bientôt sortir de mon corps et enduite mon corps pâle de sa substance visqueuse et noire. Une substance qui me prenait une heure à nettoyer ! J'arrivai bientôt au hall, enfin ! Ouais, bon, vaut mieux qu'j'me réjouisse pas trop vite, parce qu'il me manquait encore plusieurs étages à monter... Je déteste ma vie...

Je venais de fermer les yeux, épuiser comme pas possible. Bon sang, Ängst n'y allait pas de main morte pour pouvoir sortir de moi. Une grimace apparut sur mon visage quand je vis des tâches noires apparaître sur mes bras découverts. Heureusement que j'avais eus le réflexe de prendre une veste, que j'avais enroulé autour de ma taille. La dénouant, je me dépêchai de la porter, masquant ainsi les grosses plaques visqueuses noires. Bon sang, ça ne pourrait pas être pire ! ... Ahah, j'aurais mieux fait de fermer ma grande gueule, sérieusement.

A peine me suis-je remis à courir, que je rentra dans le torse ou la poitrine de quelqu'un. Et vue comment j'étais forte -ironie-, je me retrouva les fesses par terre, grimaçant et gémissant péniblement. Déglutissant, je releva la tête en fusillant du regard le pauvre abrutit qui m'avait foncé dedans.


 

▬ Nan mais vous pouvez pas regardez ou vous allez ?!

Ouais, bon c'était moi qui lui avait foncé dedans, mais osef okey.


© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Tu pouvais pas regarder devant toi ?! [pv Gabriel ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» Regarde toujours devant toi, jamais derrière, sauf si tu sais que quelques choses t'y attend [ Prio : Bois de Frêne ♥ ]
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» René Civil devant le tribunal criminel
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Université Gotaï :: Une pause ? Un jeu ? :: Vieux coffre :: Autres-