» Ich bin auch gut allein ... « || Cornelia Dorner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Masters
Yens : 5178
MessageSujet: » Ich bin auch gut allein ... « || Cornelia Dorner   Dim 2 Nov - 21:22


Cornelia Dorner ¢

Prénom et Nom : Cornelia Dorner
Age : 14 ans
Année : Première année
Sexe : Fille, Aux dernières nouvelles
Orientation sexuelle : Homosexuelle assumée
Nationalité/Origines : Allemande, pure Allemande
Race : Master
Type de personnage : God Users




Physique  ¢
Étrange. Voilà le premier mot qui nous viendrait à l'esprit en voyant Cornelia. Son allure, sa démarche, sa silhouette, tout en elle est bizarre. Autant physiquement que mentalement. Mais nous allons plutôt nous concentrer sur son apparence, car c'est la plus drôle à décrire, je trouve ~... Pourquoi ? Chez pas.

Cornelia, ne mesurant qu'un mètre quarante-neuf, est extrêmement petite pour son âge. Et il faut dire, cela là beaucoup fait chier pendant sa jeunesse, car toujours, elle était plus petite que ceux qui l'entourait -bon, p'tête pas quand elle avait 6-7 ans...-. Elle en ait aussi très complexée, essayant souvent de s'agrandir -ne me demander pas comment, je sais pas... ... Et je veux pas savoir.-, mais, comme on peut le voir, cela s'est toujours finit en échec. Et ça doit bien faire trois mois qu'elle a abandonné ces "méthodes d'agrandissements".  En outre de sa taille, il a aussi sa couleur de peau: Pâle. Très pâle. Presque comme ceux des Mirrors, pourtant, elle n'en ait pas une... A ce que je sache. Et si l'on compte en plus sa taille de naine, je peux vous dire qu'elle était souvent la cible des moqueries, durant son enfance. Entre "la naine" et "la fantôme" -qui était pourtant des surnoms amicaux, pour ceux de sa classe...-, la brune à très, très souvent péter des câbles dessus. Alors, les gens, ne rigoler surtout pas sur son visage. Et c'est pas un ordre, c'est un conseil...

Malgré ses quelques rondeurs par-ci par-là, Cornelia ne se considère pas comme trop grosse ou trop maigre. Elle à une taille de hanche parfaite, pour elle. P'tête que le "parfait" est un peu abuser, mais bref...  Par contre, pour la poitrine, elle en ait beaucoup moins fière. Pourquoi ? Si je vous dis que certains garçons -même encore maintenant- l'appellent planche à pain, vous comprenez ? Fut un temps, elle portait même du rembourrage... Mais après que son frère l'est engueulé comme pas possible, elle a arrêté. Même si par moment, elle en a grandement envie... Des bras et des jambes fines, en totale contraste avec ses quelques rondeurs, et c'est tout. Son corps n'a rien d'autres d'exceptionnel. Ou attendez... Non, il manque quelque chose: Ces cicatrices. Qui lui barrent tous le bras droit. Ainsi qu'une fines cicatrice à la nuque. Des cicatrices de guerre, qu'elle dit la Cornelia ! Mais elles ne viennent pas de ses très nombreuses batailles -qui s'élèvent à... zéro.-, mais plutôt d'un "accident" surmonté durant son enfance. Sauf celle derrière sa nuque, qui vient d'un accident causé par sa mère, durant son enfance, enfin bref.

Et enfin, nous allons nous attaqué à la partie la plus intéressante du corps de Cornelia: Son visage. Et, je peux vous dire que sa tête fait parfois peur à voir... Pas parce qu'elle est laide, non, plutôt parce que son visage -en plus de la blancheur de sa peau- la fait paraître pour un fantôme, ou en tout cas, un facteur de film d'horreur. Vous devez donc vous doutez qu'elle avait beauuuuucoup d'amis durant son enfance... Passons.
En total contraste avec sa pâleur, Cornelia à de longs cheveux bruns, raides. Pas souvent brossés, donc, très souvent en bordel. Des nœuds partout, qu'elle mets environ une heure à faire disparaître. Enfin, ça ne la dérange pas plus que ça, vue qu'elle n'est pas craintive des cheveux... Vous pouvez les lui tirer, elle ne ressentira rien. Et ça l'a souvent sauvé lors des petites guerres contre ses "amiEs" de la primaire...
Tout comme ses cheveux, ses yeux sont d'un noir encre profond. Une chose qu'on ne voit pratiquement jamais, et je peux vous dire que Cornelia en ait fière. Parce que au moins, elle se sent distingué des autres enfants aux yeux bleus, verts, jaunes ou tout autre couleur. Et très souvent, sous ses yeux, on peut voir des cernes. Cernes qu'elle tente de camoufler habilement avec du fond de teint, mais ça ne marche pas toujours...

Mais souvent on se demande pourquoi Cornelia à cette apparence si semblable à celle d'un fantôme, pourquoi elle a toujours des cernes sous ses yeux, pourquoi elle semble toujours fatiguée et épuisée...
Et pourtant, une seule question pourrait répondre à toutes:
Es-tu malade ?




Mental & Pouvoir ¢
Comme dis dans le physique, Cornelia est quelqu'un de très étrange. Et cette fois-ci, je vais vous expliquer pourquoi on la trouve bizarre. Et pas au niveau de son physique cette fois-ci, mais de son mental.

Déjà, on pourrait remarquer que la brune est une rageuse. Toujours entrain de grincer des dents quand quelque chose ne se passe pas comme elle l'aurait voulut, ou tous simplement quand elle perd un combat ou p'tit match de rien du tout. Elle ne supporte pas perdre, ça la met dans tous ses états. Pour elle, seule la victoire lui est permis. Cornelia est même souvent craint par cela, car elle n'hésite jamais à exploser la face du gagnant contre une table en verre. En gagnant, le perdant prends autant cher: Elle peut lui claquer violemment le dos et envoyer donc son visage s'exploser contre la table en verre. Enfin, ne vous inquiétez pas. Faut juste vérifiez avant de jouer avec elle qu'il n'y est rien de dangereux autour de vous. Ou un objet avec lequel la jeune adolescente pourrait tenter de vous tuer. Parce que même la plus fine des brindilles peut devenir une arme de meurtre entre les mains de la brune...

Seul peu de personne le savent, mais la jeune fille est extrêmement timide et facilement rougissante. Aussi, elle n'a plus forcément l'habitude des présences humaines... Et elle se retrouve donc facilement embarrassée devant tel ou tel personne. Et ça l'énerve, de se retrouver entrain de rougir devant un inconnu ou en tout cas, quelqu'un avec qui elle n'a pas l'habitude de parler... Ce n'est pas habituelle chez elle, surtout qu'avant, elle n'était pas comme ça. En vérité, la brune était avant très ouverte, toujours souriante et toujours entrain de rire. Et maintenant... Bas... Elle a beaucoup changé.

Son visage est toujours impassible, froid, n'y laissant paraître pratiquement jamais d'émotion. A par la colère, la tristesse et le désespoir. Et l'embarras, bien entendu. Mais vous ne risquerez pas de voir un sourire, un vrai, ou un rire. Ses lèvres ne pourraient s'étirer que pour un rictus moqueur. Car c'est souvent que Cornelia se fout des autres, surtout des plus vieux. Elle aime bien les remettre à leur place, et tant pis si elle s'attire des problèmes. De toute façon, avec ce qu'il s'est passé il y a cinq ans, la jeune fille commence par avoir l'habitude... La brune ne manque pas de répartie, mais si souvent cela lui fait défaut lorsqu'elle en a le plus besoin...

Cornelia n'est pas traumatisé parce qu'il s'est passé durant son enfance. C'est ce qu'elle essaye désespéramment de se faire croire. Car même si personne ne l'a encore vue, la brune est touché par ce qu'il s'est passé. Elle peut-être prise d'un instant de folie si son regard croise la présence d'une cigarette ou d'une allumette. Il y en a partout, me direz-vous. Et c'est bien pour ça que je vous dis qu'il lui arrive de péter un câble. Si une personne à par exemple 10 cm d'elle fume, et bien là elle va se dépêcher de s'en aller, les larmes aux yeux. Voilà pourquoi sa mère à arrêter de fumer, alors qu'avant elle en était une très grande amatrice...

Solitaire, ermite, protectrice... Encore plusieurs traits de caractère qui iraient à la brune. Ermire et solitaire car elle préfère resté seule qu'au milieu d'un million de monde. Et sachant ça, c'est souvent que sa mère tente de la sociabiliser un peu... Dommage pour elle, la jeune adolescente est une cause perdu. Et depuis la venue d'Ängst (tiens... J'en ai pas beaucoup parlé de lui.), elle a développé un instinct protecteur et maternelle, qu'elle n'avait pas avant. Bon, un peu normal, vue qu'elle n'avait que 9 ans... Si elle voit un enfant dans le besoin, Cornelia ne pourra s'empêcher d'aller le voir, si il n'y personne qu'elle connait bien entendu... Et la brune avouerait accuser Ängst d'avoir été un enfant, avant de se transformer en Doll. Comment peut-elle l'affirmer ? Oh, et bien, elle même ne le sait pas. Elle a juste déduit cela, c'est tout...    


Et maintenant son pouvoir. Et bien, disons qu'il reflète plutôt bien sa façon d'être. Étant une God-Users, la jeune fille peut invoquer des être et/ou objets. Et ces choses qu'elle invoque sortent tous droit des ténebres. Pour l'instant, les seules choses qu'elle puisse invoquer sont: Ängst, une tête de dragon noir et Hand, une espèce de main visqueuse qui sort d'un mur ou du sol pour agripper l'adversaire. Bien que cette magie soit puissante, elle entraîne très souvent une profonde fatigue. Très souvent, après qu'Ängst est été invoqué, Cornelia dort pendant environ trois jours si ce n'est plus. Ah, et info, elle ne contrôle pas le dragon noir. Quand il sort d'elle, la brune se retrouve privé de tous mouvement et elle s'endort alors.                                                                                                                            










Histoire ¢
Ce fut en Allemagne, un 19 Février que Cornelia vut le jour, pour le plus grand bonheur de sa mère... Dans les cris, les larmes, le sang... Ce fut une naissance sans problème, autant pour la mère que pour l'enfant. Bien que la brune eut parfois dut mal à respirer, ou se mettait à tousser sans raison, les sages-femmes ne lui trouvèrent autant réelle problème, et pour elles, le bébé était en parfaite santé. Si bien que quelques semaines plus tard, mère et fille purent sortir de l'hôpital...
Jusqu'au trois de Cornelia, tous ce passait normalement dans sa vie. Elle était un bébé encore assez capricieux, qui n'hésitait pas à taper du pied, mais elle était rapidement remis vers le "droit chemin" par sa mère, qui bien qu'elle fut aimante, fut aussi extrêmement sévère. La brune apprenait pleins de choses, et ça lui plaisait. Elle aimait apprendre, car cela rendait sa génitrice fière d'elle. Elle faisait donc tout pour apprendre rapidement les choses simple comme marcher et parler, si bien qu'à l'âge de 3 ans, Corny savait marcher sur ses deux pieds. Elle avait par contre du mal à articuler, si bien que peu de personne la comprenait... Comme tout enfant, j'ai envie de dire !  
Mais ce fut au début de ses 4 ans que tout dégringola dans sa vie... Car alors que sa mère la berçait, elle se mit subitement à tousser. Rien de dramatique, me direz-vous. Mais elle toussa pendant bien 10 minutes, et à la fin, alors que sa génitrice lui apportait de l'eau, elle se mit à cracher du sang. Tout en continuant de tousser. Prise de panique, sa mère se dépêcha d'emmener sa fille à l'hôpital, tout en s'arrêtant pratiquement toute les cinq minutes pour que la jeune fille vomisse. L'état de son enfant bouleversa complètement la femme qui tentait désespéramment de garder son calme. Arriver à l'hôpital, la brune fut immédiatement envoyé par les médecins.

« Maman, maman ! » criait-elle entre une quinte de toux.

La femme dut se pincer les lèvres et fermer les yeux pour éviter de courir après son enfant. Elle devait les laisser entre les mains expertes des médecins, et leurs faire confiance. Mais tout de même... Elle avait si peur de perdre le dernier élément de sa vie... Car après son père, la rousse -car oui, elle était rousse.- ne supporterait pas de perdre son bébé... Tandis que les infirmières l'obligèrent à attendre dans la salle d'attente, la mère ne pouvait s'empêcher de jeter des regards par-ci par-là, s'arrêtant souvent sur la porte par où était passé Cornelia... Et tandis que les minutes passèrent, son appréhension montait. Et au bout d'une heure et demie à retenir ses larmes, la femme s'écroula sur son siège et s'endormit, totalement épuisée.
Et à son réveille la femme se retrouva seule dans la salle d'attente, sans même la personne qui devait normalement se trouver dans l'accueil. Et tandis qu'elle se levait précipitamment de son siège, la dame de l'accueil et deux infirmière entrèrent finalement, une sourire triste au visage. Et la rousse se prépara alors au pire...

« Votre fille va mieux, les médecins ont réussis à la calmer, mais nous avons une mauvaise nouvelle à vous annoncez... »

Elle n'écouta pas la mauvaise nouvelle en entière, trop bouleversée par ce que venait de lui annoncer les deux infirmière. Cornelia, son enfant, son bébé, était atteint d'une maladie grave... Laquelle, ça elle ne savait pas. Pour tous vous dire, la rousse n'avait pas vraiment eut le courage et l'envie d'entendre de quoi souffrait son bébé... Mais elles avaient été catégorique: Sa fille mourra. Quand, ça, elles ne lui avaient pas précisé... Peut-être dans cinq ans, dans dix ans...
Quelques minutes passèrent, et finalement, l'une des deux infirmières partit, revenant plus tard avec Cornelia. Et sa mère n'arriva même pas à la reconnaître... Ce n'est pas ma fille, non, ça ne se peut pas...! Cet être au teint livide, au regard vide, ne pouvait pas être son enfant ! Tremblant de tous son être, sa génitrice s'effondra au sol, à genoux devant sa fille, qui se trouvait dans un fauteuil roulant.

« Cornelia, et oh, ma chérie... » Murmura t-elle, en lui replaçant une mèche derrière son oreille.

L'enfant la regarda, cligna des yeux, avant de baisser la tête. Levant de nouveau la main vers la brune, une des infirmières lui coupa son geste en emmenant de nouveau son bébé... Elles traversèrent de nouveau la porte à l'apparence solide, qui devait mener aux chambres des malades... L'autre infirmière lui tendit alors la main pour la relever, et lui dit qu'elle avait le droit de rester avec sa fille, le temps qu'elle se "rétablisse". Elle lui avoua aussi que son enfant ne resterait pas très longtemps ici, juste le temps qu'elle soit en meilleure forme, et que les médecins puissent être sûr qu'elle puisse sortir dehors sans problème. Car heureusement pour Cornelia, contrairement à d'autres enfants atteint eux aussi de cette maladie, elle n'était pas dans un état critique, et pouvait très bien vivre "normalement", tant que la brune ne faisait pas trop d'effort...

C'est ainsi que la mère resta longtemps au chevet de Cornelia, lui disant que tout allait bien se passer, qu'elles pourraient bientôt sortir d'ici... Et l'enfant, qui avait repris des forces, en fut très heureuse. Et plus les jours passèrent, plus elle semblait être proche de sa sortie d'hôpital. Chose qui arriva au bout de huit semaine... Et suite à ses évènements, la vie de la brune reprit son cours normal, et elle oublia bientôt se passage sombre de son existence. Au contraire de sa mère qui était toujours derrière son dos, à vérifier qu'elle aille bien, qu'elle ne fasse pas de connerie et qu'elle prenne bien ses médicaments...
Ses cinq ans se passèrent normalement, bien qu'elle apprit à ce moment-là ce qui était advenue de son père -car oui, elle en a pas, au cas où vous ne l'auriez pas compris...-. C'était à la maternelle, alors que les enfants faisaient des cadeaux pour le père -pour la fêtes des pères~-, Cordelia se retrouva à faire cadeau pour quelqu'un qu'elle ne connaissait pas. Bien qu'elle ne s'en était pas soucier jusqu'à maintenant... Et donc, sa mère lui avoua que son père était partit quand elle était née, car il n'était pas prêt à assumer un enfant. Elle n'avoua bien entendu pas tous... Pas la partie ou son amant voulait qu'elle avorte, en attendant qu'ils soient prêts, et elle avait refusé. Lui disant qu'elle n'abandonnerait -et ne tuerait- pas son enfant, quitte à ce qu'elle casse avec lui. Ce qu'ils firent. Et la rousse apprit aussi par la suite, que deux jours après leur séparation, monsieur était déjà en couple, et attention, MARIÉ. Enfin bref.

Tous dégringola ensuite passé 7 ans. Cornelia était alors entrer en primaire, dans une école privée. Sa mère c'était ruiné pour qu'elle puisse entrer dans une "prestigieuse" école, et si cela lui déplaisait, elle ne le montra pas. Et ayant passé 6 mois à l'hôpital pour tous un tas d'examen et autres, elle loupa une année entière. Mais étudia à domicile, et donc, alla directement en CE1. Et sachez que Cornelia regrettait son ancien prof... Car à l'école, de par son apparence de "fantôme", elle faisait souvent office de moquerie. Qui était dit amicale pour les CE1, CE2, mais pour les classes supérieurs, elle se voulait blessante. Et comme si ça ne suffisait pas, ses professeurs s'y mettaient aussi, l'appelant "la fantôme". Seule sa maîtresse de CE1 ne le faisait pas, et la brune l'en remerciait beaucoup... S'en suivait ensuite de brimade sur ses yeux noirs, sur ses quelques rondeurs... Et cela continua jusqu'en CM1, ou sa mère ne se doutait de rien. Et si elle lui demandait comme s'était passer la journée, Cornelia lui donnait une réponse vague.
Puis, arriva le jour où la brune se rendit compte de la présence de ses pouvoirs... C'était un jour d'école comme les autres, ou presque. Car leur professeur était très en retard, si bien qu'un surveillant arriva finalement pour les laisser entrer dans la salle, seuls. Cornelia alla s'asseoir à sa place habituel, avant qu'un garçon de même âge qu'elle -il avait redoublé-, ne vienne se placer juste devant sa table. D'autres enfants le suivirent, filles comme garçons.

« Alors, la fantôme » commença le garçon « Je viens d'apprendre qu'en étant ici depuis quatre ans, tu n'avais toujours pas passé le défis... »

Cornelia leva alors la tête vers lui, haussant un sourcil.

« Quel défi ? »
« Oh... Un défi que chaque nouveaux élèves de cette école doivent passer. C'est une espèce de test, très amusant en plus ! »  

Amusant seulement pour toi, je suppose. Et avant que Cornelia n'ait put dire quoi que se soit, les enfants qui entouraient le garçon l'attrapèrent et lui bloquèrent son bras sur la table, paume lever vers le ciel. Se débattant, ses yeux s'écarquillèrent d'horreur en voyant les deux boîtes que tenaient le garçons. Une boîtes de cigarette et une boîte de cigarette.

« Lâchez moi ! »
« Ne t'inquiète pas, Fantôme, ça ne dura qu'une bonne quinzaines de minutes ! »

Et alors qu'elle continuait de se débattre, elle entendait le garçon chantonner tout en commençant à allumer une allumette. Et si elle tentait de crier, une jeune fille lui ordonnait de sa la fermer en lui mettant sa main devant sa bouche. Des larmes perlèrent alors les yeux de la brune, qui tremblait de peur. Et alors qu'elle arrêtait de bouger, fixant la petite flamme qui s'approchait dangereusement de son bras, elle se débattit plus violemment quand cette même flamme lui transperça la peau. La brune criait à plein poumon, l'odeur de chair grillée qui la dégoûtait, la morsure de la flamme qui se faisait de plus en plus douloureuse... Et ce garçon, cet enfant qui tenait l'allumette et qui semblait s'amuser tellement ! Il confia alors le bâtonnet de feu à un de ses acolytes, avant de se servir dans la boîte à cigarette. Il alluma le bout d'une clope grâce à la chaleur de l'allumette, et la posa très violemment sur le bras de Cornelia. Elle tentait de se dégager de l'emprise de ses bourreaux,  mais chaqu'un de ses geste ne faisait que déplacer la cigarette sur son bras, la faisant souffrir encore plus.
L'odeur de la fumée et de la chair grillée lui donnait envie de vomir, et là fit aussi tousser, en passant. Mais pas comme les nombreuses toux qu'elle avait eut, celle qu'elle avait là était plus violente. Soudain, le cri d'un des enfants attira l'attention du garçon qui tenait la cigarette.

« La maîtresse arrive ! »

Et sans attendre une seconde, tous les enfants retournèrent à leurs places, tandis que Cornelia pleurait, toussait. Elle voyait du coin de l'œil l'allumette éteinte et la cigarette qui semblait toujours allumée. La maîtresse, la voyant dans cette état, retint un cri de dégoût et demanda alors à l'un des élèves se qui s'était passer.

« Cor... Cornelia s'est tout d'un coup brûler le bras avec des cigarettes et des allumettes ! On lui avait dit d'arrêter, que ça pourrait être dangereux pour elle, mais elle ne nous a pas écouté et à continuer ! »

Menteur ! Ce n'est pas du tout ce qu'il s'est passé, s'est eux qui m'ont brûler ! Elle voulait tellement le dire à sa maîtresse, qui ce n'était pas elle, mais eux qui lui avait fait si mal ! Et tandis que la colère, et la peur grandissait en elle, quelque chose se fissure et se brisa dans l'esprit de Cornelia. Suite à la phrase de la femme.

« Ça ne m'étonne même pas d'elle... »

Le corps entier de Cornelia se mit à trembler, et alors que les cris de terreur et de douleur de ses bourreaux résonnaient dans la salle, la brune, elle, se sentait apaisé. Comme libéré d'un poids. Elle ne se sentait plus en colère, elle n'avait plus peur, non... Elle se sentait... Bien. Un sourire flottait même sur son visage, sourire qui s'évapora rapidement quand elle ouvrt les yeux et vit le spectacle qui s'offrait à elle. Une immense tête de dragon lui faisait face, une tête noir et recouvert d'une substance visqueuse, qui dégageait aussi une odeur infecte... De la chair grillée. L'être sentait la chair grillée. Cornelia se releva d'un bond, repoussant la chaise en arrière et recula, trébuchant à plusieurs reprise. Malheureusement pour elle, son dos rencontra rapidement un mur, et la tête de dragon la fixait de ses deux orbites vide. Déglutissant avec peine, les larmes aux yeux, la brune se rendit compte au bout d'un moment que des cordons noir, recouvert du même liquide qu'avait le monstre, était relié de lui à elle. Tous le corps de l'enfant était recouvert de cette subsantance visqueuse. Son regard dériva alors derrière l'être, et alors, ne pouvant s'y retenir, la jeune fille vomit, tombant à genoux.
Les corps des élèves et de sa maîtresse étaient au sol, inerte, et tous recouvert du même liquide qui imprégnait Cornelia et le monstre. Mais qui était-il, pourquoi était-il là ?! Et alors que la brune crut ressentir de la peur, elle se rendit bientôt compte que non, elle ne ressentait rien. Et alors que l'odeur de la tête du dragon la faisait de nouveau cracher sa bile, il disparut. Reculant à quatre pattes contre un coin de la salle, Cornelia fixa la scène qui s'offrait à elle: La salle de classe, sali par des tâches noirs, les élèves et la maîtresse inertes aux sols, eux aussi recouverte de cette substance. Ramenant ses jambes contre sa poitrine et les entourant de ses bras frêles. Dont un, celui brûler, qui la faisait toujours souffrir, elle se balança d'avant en arrière. La tête encré entre ses bras, se répétant des phrases incompréhensible. Que c'était-il passé ? Cette question se répétait dans sa tête. Et à chaque fois, une autre question se mêlait entre toutes les autres: Est-ce ma faute ? Elle aurait se convaincre que non, que ce n'était pas elle. Mais la brune n'était pas si stupide. Avant de fermer les yeux, avant les cris de douleurs des élèves et de la femme, Cornelia avant fait un vœu. Elle avait voulut qu'ils souffrent autant qu'elle venait de souffrir...
Au bout de quelques secondes, les autres professeurs arrivèrent et poussèrent un cri de surprise en voyant l'état de la salle de classe. Ainsi que ceux qui s'y trouvaient... Et c'est juste après les avoir vue que Cornelia s'évanouit. S'écroulant sur le côté.

A son réveille, Cornelia se trouvant dans un étrange lit blanc. Sa mère allongé, dans une position qui semblait si inconfortable, sur un fauteuil. Elle fixait sa fille, un fin sourire sur le visage.

« Enfin tu te réveille... »

Elle se leva et s'approcha de sa fille, pour l'enlacer. Cornelia, d'un vif mouvement, tenta de repousser sa génitrice de ses faibles bras. Elle se souvenait de tous ce qui s'était passer. Le test... Le monstre... Le faite qu'elle ait tué les élèves et la maîtresse. Elle ramena ses mains sur son visage et s'aggripa les joues, jusqu'à s'enfoncer les ongles dans sa peau.

« S'était moi... Je les ais tué... J'ai tué... J'ai... Je l'ai souhait', et maintenant, ils sont morts de ma faute ! »

Sa mère secoua la tête de droite à gauche, et lui caressa la joue.

« Ils ne sont pas morts, Cornelia... Ils ne sont même pas dans un état critique ! Ils se sont juste évanouie. »

La brune tremblait, ses mains aggripant désormais ses cheveux. Elle n'avait pas écouté sa mère, l'avait totalement ignoré. Elle ramena ses jambes près de sa poitrine.

« Je les ais tué, tous jusqu'au dernier ! J'ai... J'ai appelé ce monstre, et il les a tous tué ! J'en suis sûr ! Pourquoi, mais pourquoi a t-il fait ça ?! Et pourquoi j'ai souhaité ça ?! ... Cela fait-il de moi un monstre, d'avoir souhaiter cela ? D'avoir souhaiter la mort ? »

La femme ne lui répondit pas. Et c'est alors que Cornelia sentit quelque chose en elle. Elle ne savait pas comme expliquer cette sensation, mais la brune sentait que quelque chose rentrait en elle. L'odeur de chair brûlée lui vint alors aux narines, la faisant déglutir. Cette odeur... Ce n'était pas celle que portait le monstre..? Sa mère, alors, s'approcha de nouveau de sa fille.

« Ne t'approche pas de moi ! Sinon, sinon il va aussi te faire du mal ! Je le sens, il est en moi ! Je... Je le sens ! Son odeur, son odeur de chair brûlée ! »

La jeune fille, dans une dernière tentative de faire reculer sa mère, lui griffa la joue par erreur. Le sang s'échappait des quatre griffures qu'elle avait causées à sa mère. Se calmant enfin, Cornelia se mit à pleurer.

« Pauvre femme... Une enfant comme ça, ne n'est bon qu'à enfermer dans un asile ! »

C'était une infirmière -assez vieille- qui venait de parler. Et Cornelia, bien qu'elle ne savait pas ce qu'était qu'un asile, se demanda si la vieille femme n'avait pas tord... Tandis qu'elle se demandait cela, sa mère lui sourit, avant de se lever. Elle se diriga vers la vieille femme et la gifla violemment. Une gifle qui fit sursauter la brune, désormais recroqueviller dans son lit.

« Je vous interdit de dire de tel propos au sujet de ma fille, surtout devant elle. Elle n'est pas folle, elle est juste encore traumatisé par ce qu'elle a vue. Maintenant, pauvre mégère, partez. »

La vieille femme partit, non sans avoir accordé un regard noir à la mère et à sa fille. La rousse regagna alors son fauteuil, et tenta de nouveau de calmer Cornelia. Chose qui arriva au bout de quelques minutes. La mère fut heureuse que son enfant se sente mieux, elle avait enfin accepté le faite que les élèves et la maîtresse n'étaient pas mort. Et cela l'avait grandement calmé. Mais il y avait toujours se monstre noir que la brune disait avoir invoqué. Et quand elle lui avait raconté cela, la femme avait rigolé avant de caresser les cheveux de sa fille.

« Tu comprendras plus tard, pour l'instant, tu es trop jeune... »

Cornelia n'insista pas, et sortit d l'hôpital -car au cas ou vous ne l'auriez pas compris, elle se trouvait dans un hôpital-. Sa mère remarqua aussi que depuis les évènements de la salle de classe, sa fille n'avait pas fait de fièvre et n'avait pas une seule fois tousser... Mais elle ne s'en préoccupa pas longtemps. Et elle décida aussi que son enfant prendrait des cours particulier. Car la rousse savait ce qui c'était passé avec la cigarette et les allumettes. Sa fille lui avait tout dit, dans les moindres détails. Et depuis ses cours particulier, la brune n'avait plus aucun problème. Elle souriait et riait même par moment... Ce qui était un exploit, pour la femme.
Quand Cornelia eut 13 ans, elle reparla  de la tête de dragon, et lui demanda alors les explications qu'elle lui devait. Qu'elle lui avait promis de lui révéler quand elle serait plus vieille. La rousse soupira, avant de tous lui raconter dans les détails. Le faite qu'elles étaient toutes les deux des espèces de magiciens. Des êtres qui pouvaient manipuler la magie. Qu'alors que sa mère pouvait se transformer en espèce de monstre, Cornelia, elle, en invoquait. Comme le dragon noir. Et sa génitrice supposa que la brune l'avait invoqué pour l'aider contre les élèves... ... Pour se venger, plutôt. La femme lui apprit aussi que pendant sa jeunesse, alors qu'elle venait de découvrir son pouvoir, elle fut emmenée dans une université appelée "Gotaï".

« Et, ma pupuce ! » Cornelia détestait tellement qu'elle l'appelle comme ça ! « Tu vas y rentrer ! J'ai déjà envoyé le dossiers d'inscriptions (nda: Osef si y'a pas de dossier d'inscription a envoyé '^'), et tu y as été acceptée ! »

Cornelia grimaça. Suite aux évènements survenus durant son enfance, allée à l'école ne lui plaisait pas tant que ça... Enfin, si cela lui permettait d'en apprendre -et de contrôler- ce monstre qui était en elle. Car cet être -qu'elle avait baptisé Ängst- sortait souvent d'elle, tout en la faisant bien souffrir avant, et en la barbouillant du liquide noir absolument dégueulasse...

« Et devine quoi ma chérie...! » Ah, elle n'avait pas finis de parler... « Je viens avec toi ! Je serais l'un de tes profs ! »

Cornelia se tourna lentement vers sa mère, la bouche ouverte.

« ... Quoi ? »



Pseudo(s) fréquent(s): On me connaissait avant comme Nemelise, mais je l'ai remplacé par Fayz ♥
Tu as quel âge? 13, 14 en juin~
Tu nous a trouvé où ? Par Bonnie 8D !
Comment tu trouve le forum ? Bow, surtout avec le design noël °W°
T'as un autre compte ? Lequel ? Évangéline Baron ♥ Mais je dois finir sa fiche '^'


© Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Guardians
Yens : 5926
MessageSujet: Re: » Ich bin auch gut allein ... « || Cornelia Dorner   Dim 2 Nov - 21:24

Bienvenue parmi nous ! :3

Je vais m'occuper de ta fiche, si tu as besoin d'aide n'hésites pas ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masters
Yens : 5452
MessageSujet: Re: » Ich bin auch gut allein ... « || Cornelia Dorner   Dim 2 Nov - 21:25

Bienvenue sur le forum Cornelia o/
Je vois que la fiche a eu un petit bug, peut être en fermant une balise ?
Je vais voir ce qu'il se passe.
En tout cas si tu as une question ou un problème n'hésites pas ! ♥


EDIT / J'ai rien dit en fait ^^


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Adults
Yens : 5184
MessageSujet: Re: » Ich bin auch gut allein ... « || Cornelia Dorner   Dim 2 Nov - 21:28

Bienvenue sur le forum !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masters
Yens : 5178
MessageSujet: Re: » Ich bin auch gut allein ... « || Cornelia Dorner   Dim 2 Nov - 21:50

Merci à tous ♥
J'ai finalement réussis a battre la fiche, avant de me rendre compte qu'il y en avait une nouvelle... ♥
Enfin, au moins, ma fiche est terminée xD




Eins, zwei, drei... Macht schöne Alpträume...

Ich seufze in #990033

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masters
Yens : 5933
MessageSujet: Re: » Ich bin auch gut allein ... « || Cornelia Dorner   Dim 2 Nov - 21:55

Welcome parmi nous Mlle :3

Tu as oubliée de mettre ton âge au début de ta fiche, même si en première année, on sait l'âge qu'elle a peu près :3

Bref, au plaisir de te croiser en rp Wink


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masters
Yens : 5452
MessageSujet: Re: » Ich bin auch gut allein ... « || Cornelia Dorner   Dim 2 Nov - 21:58

D'ailleurs il te manque également l'avatar o/♥
Lucia pourra te valider une fois tout cela fait :3


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: » Ich bin auch gut allein ... « || Cornelia Dorner   Dim 2 Nov - 23:55

Bienvenue sur le forum et j'espère que tu t'amuseras bien ici, parmi nous Yeah!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masters
Yens : 5178
MessageSujet: Re: » Ich bin auch gut allein ... « || Cornelia Dorner   Lun 3 Nov - 17:09

Je l'espère aussi :') !
Bon, j'ai ajouté l'âge, l'avatar et ce qui manquais sur ma fiche, normalement, ça devrait aller là x)




Eins, zwei, drei... Macht schöne Alpträume...

Ich seufze in #990033

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Guardians
Yens : 5926
MessageSujet: Re: » Ich bin auch gut allein ... « || Cornelia Dorner   Lun 3 Nov - 18:29

Tout est parfait, je te valide !

Tu rejoins donc la chambre 1 du deuxième étage ^^

Bonne continuation o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masters
Yens : 5178
MessageSujet: Re: » Ich bin auch gut allein ... « || Cornelia Dorner   Jeu 25 Déc - 20:37

Bon, j'ai presque finis (de nouveau) ma fiche ♥ Avec un peu de chance, je devrais finir avant la fin de la semaine~




Eins, zwei, drei... Macht schöne Alpträume...

Ich seufze in #990033

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masters
Yens : 5452
MessageSujet: Re: » Ich bin auch gut allein ... « || Cornelia Dorner   Ven 26 Déc - 10:54

D'accord, merci de prévenir :3


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masters
Yens : 5178
MessageSujet: Re: » Ich bin auch gut allein ... « || Cornelia Dorner   Ven 2 Jan - 14:13

FINIS. J'AI FINIS MA FICHE, ENFIN. TTwTT
Le carac' est nul, je vous préviens de suite °W° Et je corrigerais les fautes plus tard, parce que là, j'avouerais ne pas avoir trop le courage. :'D
Le pouvoir... On va pas en parler, d'accord. ♥




Eins, zwei, drei... Macht schöne Alpträume...

Ich seufze in #990033

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masters
Yens : 5452
MessageSujet: Re: » Ich bin auch gut allein ... « || Cornelia Dorner   Ven 2 Jan - 19:47


Présentation terminée et validée !      



Très bien ! Je peux donc valider et re-déplacer ta fiche. Comme je te l'ai dis, tu es à présent modératrice des fiches (tes pouvoirs de modo' sont activés). N'hésites pas à nous aider dans cette gestion ! ♥
Encore une chose, étant donné que ton personnage a 14 ans, elle rejoint la chambre 1 du deuxième étage.

Donc tu rejoins les ....



Félicitations & Bonne continuation sur le forum !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: » Ich bin auch gut allein ... « || Cornelia Dorner   

Revenir en haut Aller en bas
 

» Ich bin auch gut allein ... « || Cornelia Dorner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Histoire attendrissante de Cornelia Otto Schutt Ti Corn une Haitiano-Allemande
» [Nominations] Archidiocèse Métropolitain d'Auch
» Pierre Alexandre Dut au Fc Auch
» [Auch] Demande de baptème de Treil JP
» Enfin au Château d'Auch

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Université Gotaï :: Administration & Secrétariat :: Dossiers d'inscriptions :: Dossiers validés-